GN Pirate 2010

27 juillet 2010

Résumé des épisodes précédents...

Voici un document pdf qui reprend une bonne partie des articles d'ambiance et d'infos de ce blog : InfoSchobv3

Merci à Patrick pour le travail.

N'oubliez pas de jeter un oeil à cet article qui n'est pas dans la compil mais peut servir : http://gnpirate.canalblog.com/archives/2010/06/24/18415164.html

A très bientôt sur le jeu...

Posté par schobhakha à 00:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 juillet 2010

Les règles du Jeu

Voici les fichiers pdf des règles : Regles_Effet_Pavillon

Posté par schobhakha à 13:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juillet 2010

Chronologie Sommaire

Chronologie rapide

-4000 Premières cités états au proche orient, débuts de Troie

-3000 Première dynastie de l’Egypte des pharaons

-2000 Les olmèques apparaissent dans le golfe du Mexique

Première vague de migration celtique vers les iles britanniques

-1000 Invasion par les Celtes de la Gaule l’Espagne, l’Italie les Balkans l’Asie Mineure 

-509 Début de la république romaine

-323 Mort d’Alexandre le Grand

0 Naissance du Christ

33 Crucifixion de Jésus

313 Édit de tolérance du christianisme dans l’Empire romain

498 Baptême de Clovis

1095 Appel d’Urbain II à Clermont : première croisade

1149 Echec de la deuxième croisade

1189 Richard Cœur de Lion devient roi d’Angleterre.

Début de la troisième 

1202 Quatrième croisade

1209 Croisade contre les Albigeois (hérétiques cathares) dans le Languedoc

1228 Sixième croisade (1228-1229) : récupération de Jérusalem

1231 Grégoire III crée l’Inquisition

1248 Départ de Saint-Louis pour la croisade d’Égypte. 

1270 Départ de Saint-Louis pour la VIIIe croisade.

1481 Par la bulle Aeterni Regis, le pape alloue au Portugal toutes les terres situées au sud des Canaries. En 1493, un amendement à cette bulle accorde au Portugal toutes les terres situées à l'est du méridien passant par le 38e degré de longitude ouest, et à l'Espagne toutes les terres situées à l'ouest de ce méridien pour profiter des découvertes de Colomb. Mais, dès l'année suivante (1494), le traité de Tordesillas reporte cette ligne au 46° 37' ouest, ce qui permettra par la suite au Portugal de revendiquer le Brésil.

1492 Christophe Colomb débarque sur les côtes des Bahamas

1497 Vasco de Gama double le cap de bonne espérance

1498 IXème croisade. Deuxième croisade contre les Kuzuls. C’est essentiellement le Saint Office qui monte cette croisade. Suite à un échec retentissant, une bulle papale déclare les Kuzuls non croyants, mais non hérétiques.

1501 Americo Vespucci exploreles côtes de terres inconnues dans l’hémisphère sud

1504 Léonard de Vinci peint la Joconde. 

1519 Magellan entreprend un tour du monde. Seul un des 5 bateaux rentrera 3 ans plus tard, conduit par son lieutenant. Lui a été assassiné en route.

1519 Cortes débarque au Yucatan. En moins de 2 ans, il conquière le centre du Mexique.

1521 Début du conflit Franco-Espagnol entre Charles Quint et François Ier

1522 Moins d'un an après la prise de Mexico, Cortés dépêcha en Espagne à l'attention de Charles Quint, un vaisseau chargé d'une bonne partie du trésor personnel du défunt Moctezuma. En arrivant à la hauteur des Açores le navire et ses deux conserves rencontrèrent une flotte de huit bâtiments corsaires, commandée par le capitaine Jean Fleury. Fleury et ses capitaines s'emparèrent de deux des navires espagnols. Avec cette prise, Fleury ramena à Dieppe, à son armateur Jean Ango, un imposant butin en perles, en or et en pierres précieuses.

1533 Henri VIII épouse Anne Boleyn, il est excommunié par le pape Clément VII, début de l’anglicanisme 

1577 La reine Elisabeth soutient financièrement les raids pirates contre les espagnols

1596 Mort de Francis Drake, corsaire Anglais et explorateur

1598 Edit de Nantes rendu par Henri IV (liberté de culte pour les protestants)

1600 Invention du Rhum à la Barbade

1610 sacre de Louis XIII, régence de Marie de Médicis jusqu’en 1617

1643 sacre de Louis XIV sous la régence de sa mère Anne d’Autriche et de Mazarin jusqu’en 1661

1661- 1715 Règne de Louis XIV, le roi-soleil.

1682 Cavelier de La Salle descend le Mississippi. Il nomme cette région, au nom du roi de France, la Louisiane.

1685 Révocation de l’édit de Nantes par Louis XIV : démolition des temples protestants, interdiction des assemblées et répression policière (dragonnades). 

1694 Exploits de Jean Bart qui est anobli par le roi.

1700 Mort de Charles II d’Espagne. Louis XIV accepte le testament de Charles II. Son petit-fils devient roi d’Espagne sous le nom de Philippe V.

1701-1714 Guerre de la Succession d’Espagne 

1714 George Ier, électeur de Hanovre, devient Roi d’Angleterre et d’Irlande. Il n’apprendra jamais l’anglais.

1715 Louis XV, âgé de 5 ans succède à son arrière-grand-père sous la régence de Philippe d’Orléans

1717 Triple-alliance de la Haye (France, Angleterre, Pays-Bas).

1718 Bataille de Saint-Domingue

1718 fin juillet : GN ! 

Posté par schobhakha à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juillet 2010

Kuzuls, vous avez dit Kuzuls ?

On prétend qu’il existe un peuple qui vit retranché sous les montagnes, vivant dans des profondes grottes souterraines aménagées. Ils vivent en autarcie et rare sont ceux qui ont pu voir leurs cités. On raconte même qu’ils dévorent tous ceux qui viennent déranger leur tranquillité sans y avoir été invités. Dans les montagnes, les parents font peur aux garnements en leur disant que les kuzuls viendront les prendre s’ils ne sont pas sages. On dit aussi qu’ils aiment tellement les métaux précieux que leur sang est d’argent pur. Mais la vérité c’est que personne ne sait la part de vérité que recèlent ces contes de bonne femme.

Posté par schobhakha à 11:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juillet 2010

Quelques personnages connus

Peter Macfern : le Capitaine de la « Marie-galante ».

Saskia : Surnommée la Noire, elle est la Capitaine du « Blue King ».

Arnoul : Surnommé le Balafré, il est le capitaine du « Belzébuth ».

Erwan de Lanvelen : le Capitaine de la « Danaïde ».

James Lorne : le Capitaine du « Bloody Shark »

Conrad Seahawk : le capitaine de la « Murène ».

Blake: Surnommé « The Lord », il est le Capitaine du « Black Russian ».

Bartholomew Roberts : dit « Black Barth », le capitaine du « Royal Fortune ».

Juan Alphonso Del Elsina De Lopez : le Capitaine de la « Pinta Colada ».

Vidéric : Surnommé l’Enclume, il est le capitaine de feu  « L’Intrépide ».

Tobias de la Vergue : le Capitaine du « Libertinage ».

Woods Rogers : le pire ennemi des frères de la côte, l’Amiral de  la Flotte Anglaise.

Mina O’sullivan : Héroriste de renom.

Bondrame Fortune : Héroriste de renom, c’est un nom de plume.

El Padre : Penseur idéaliste du mouvement « Libertalia »

Posté par schobhakha à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 juillet 2010

Vêtements des pirates

Les pirates aimaient à s'habiller comme des nobles pour exaspérer et irriter ceux qui leurs étaient supérieurs mais qu'ilscaptainthombedlamméprisaient.

Après une attaque, lors du partage du butin, les beaux habits étaient vendus aux enchères entre pirates et l'argent allait dans le coffre du bateau pour acheter des provisions. Les habits précieux étaient très prisés.

Un pirate se baladant en ville et voulait faire le beau portait par exemple une chemise en lin ou en soie, une culotte en satin sur des bas en coton blanc ou en laine qui arrivaient au-dessus du genou ; par dessus cela, un gilet brodé en satin ou en brocard qui s'arrêtait à mi-cuisse et autour du cou un col en lin ou une bande de dentelle plissée en jabot. L'ensemble était complété par un surcot rigide aux revers longs et amples qui arrivaient à mi-mollet.

Le port du chapeau n'était pas limité au fameux tricorne ; d'autres formes étaient portés et ils pouvaient être décorés de bijoux ou de plumes. Les bijoux étaient aussi appréciés en boucle d'oreilles, bague et pendentifs variés.

Une fois à bord, les vêtements étaient plus fonctionnel. Les berets ou les foulards souvent préférés au tricorne. Les anciens marins mutinés ou déserteur conservait les habits appelés "slops"(fripes) fournis au recrutement : vareuse, culottes de toiles, beret tricoté, chemises en lin, gilet en coton et bas.

Beaucoup des habits volés par les pirates n'étaient pas à la bonne taille et les couleurs étaient mal assorties, le terme "motley crew" (foule bigarrée) fut ainsi créé pour faire référence aux pirates.

La plupart des pirates marchaient pieds nus à bord du bateau, ils pouvaient ainsi grimper plus facilement et avoir une meilleure prise sur le pont. Les bottes étaient normalement réservées aux cavaliers mais certains capitaines se plaisaient à les porter. La plupart portaient à terre des souliers à lacet ou à boucle définies comme "droites" car les deux pieds étaient identiques.

inspiré de "Pirates, fléau des mers" par J.R.Carpenter

Posté par schobhakha à 19:45 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

13 juillet 2010

"Jolly Rogers"

Infâmes pirates !

C’est encore moi ! Aujourd’hui, je viens vous parler du drapeau noir… de la tête de mort et des deux tibias croisés… ce drapeau que nous arborons fièrement lors de nos expéditions sanguinaires !

Mais connaissez-vous son histoire ? Tout d’abord, il faut savoir que les anglais le nomment « Jolly Rogers » qui serait selon certaines histoires la déformation du mot « Joli Rouge ». Le rouge étant la couleur initiale des premiers pirates français. Ce nom apparait la première fois en 1724.

Le premier drapeau noir est signalé en 1700 par un navire anglais le « His Majesty's Ship Pool », attaqué par le pirate français Emmanuel Wynne, au large de Cuba.

La plupart du temps, on retrouve sur un navire pirate les pavillons des grandes nations européennes. Les pirates s'arrangeaient pour hisser le même pavillon que le navire qu'ils allaient piller. Le navire, proie des pirates était donc confiant et ne s'enfuyait pas et laissait les pirates s'approcher.

Puis ils hissaient le drapeau noir pour indiquer au bateau ennemi de se rendre sans combattre. Il faut savoir que les pirates ne recherchaient pas la bataille en général, ils préféraient s'emparer d'un navire par la ruse plutôt que par la force. En effet, ils n'avaient aucune raison de risquer leur vie pour des trésors dont ils ne pourraient profiter s'ils mourraient !

Si l’ennemi ne se rendait pas, les pirates hissaient alors le drapeau rouge (toujours avec la tête de mort et les deux tibias) pour signaler que le combat serait sans pitié. D’autres pirates sanguinaires, eux, hissaient directement le drapeau rouge… mais ils étaient peu nombreux dans ce cas et ne vécurent pas longtemps !

Mais les pavillons pirates ne se restreignent pas au simple crâne et aux deux tibias… ils ont pris toutes sortes de forme au cours de l’histoire. Les pirates souhaitant certainement se démarquer les uns des autres…

Voici quelques exemples des pavillons les plus célèbres de la piraterie :

Edward Teach dit « Barbe Noire » : pavillon_barbenoire   

Christopher Moody : pavillon_christopher_moody

Bartholomew Roberts : pavillon_bartholomew_roberts_1

Stede Bonnet :  pavillon_stede_bonnet

Dans le cas des corsaires, le « Jelly Rogers » n’est pas utilisé. Ils portent la flamme de l'autorité qui leur a donné la lettre de marque. Leur navire peut notamment avoir deux drapeaux, le pavillon royal, mais aussi celui d'un noble (le corsaire).

Enfin pour conclure, vous vous devez de savoir que la couleur d’un drapeau et son usage est, au XVIIIe siècle, réglementé et doté de normes acceptées par toutes les nations :

- La marine ne porte pas de drapeau mais un pavillon national

- un navire vaincu baisse son pavillon

- un commandant qui veut se battre jusqu'au bout sans que son équipage se rebelle pour se rendre va clouer son pavillon au mât afin qu'il ne puisse pas être baissé

- un pavillon à mi-drisse (à mi-distance du mât) est signe de deuil

- le pavillon rouge est signe de combat

- le pavillon blanc est signe de paix

- le pavillon noir pour signal de mutinerie

- le pavillon noir et tête de mort appartient aux pirates pour indiquer aux navires de se rendre sans combattre

- le pavillon rouge et tête de mort appartient aux pirates pour indiquer aux navires que le combat serait sans merci

- un salut entre navires se fait en abaissant le pavillon et en le hissant ensuite (usage ordonné par Louix XIV).

Voilà mes amis... le GN se rapproche... et personnelement... j'ai hâte !

Matt Le Héroriste !

Posté par matt_pirate à 09:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juillet 2010

L'armement des navires

Le 12 Juillet 1718

Confrères canonniers, Amis marins,

Je vais aujourd’hui vous parler de l’armement des navires au XVIIe et au XVIIIé siècle. Je veux bien entendu parler des canons !

On parlera de « pièces » pour les canons et on les distinguera par le calibre de leurs boulets, calibre qui est exprimé en livres. Les canons les plus courants sur les navires sont les « Pièces de six », « Pièces de huit », « Pièces de 12 », « Pièces de 18 » et « Pièces de 24 » (mais on peut trouver aussi des pièces de 32 et de 42).

Ainsi lorsque l’on parle d’une « pièce de dix-huit », il s’agit d’un canon d’un calibre de 18 livres.

Lorsque l’on parle de l’armement d’un navire on peut rester vague en parlant du nombre total de canons à son bord. Mais les maîtres canonniers et capitaines auront à cœur de rentrer dans les détails et d’exprimer le nombre de canons par bordée, « en chasse » et « en fuite ».

Les canons dits « en chasse » sont les canons postés à l’avant du navire. Leur nombre ne dépassent pas un ou deux canons. Ils ont pour but de casser le gouvernail du navire ennemi.

Les canons dits « en fuite » sont les canons postés à l’arrière du navire. Ils ont généralement pour but de démâter ou tout simplement d’endommager le navire ennemi qui est en poursuite.

On pourra ainsi dire par exemple pour une frégate : « notre frégate est équipé de 24 canons » ou alors « notre frégate est équipée de 11 pièces de douze en bordée, d’un douze en chasse et d'un huit en fuite ».

Les experts, eux, ne rentreront pas dans tous ces détails. Connaissant l’équipement standard de tous les bateaux, ils parleront du type de bateau et de son « type d’armement ». On entend ici par « type d’armement » la fonction première du navire. Par exemple : le commerce, la chasse, l’escorte ou la guerre.

On parlera donc par exemple d’un « Sloop armé pour la chasse » ou d’un « brick armé pour le commerce ».

Sans rentrer dans tous les détails, un navire armé pour le commerce aura moins de canons qu’un navire armé pour la chasse qui lui aura moins de canons qu’un navire armé pour la guerre.

Voilà mes chers compagnons ! J’espère que ces quelques lignes auront pu éclairer certains d’entre vous sur le sujet.

bdfeu450

Matt le héroriste

Posté par matt_pirate à 09:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juillet 2010

Les navires de l'époque

10 juillet 1718

Frères de la côte,

Aujourd’hui je reprends ma plume pour vous parler des navires de l’époque. Je vais vous épargner les détails sur les « Tartanes » ou les « Poon » et me concentrer sur les vaisseaux les plus courants :

Le sloop :sloop
Petit navire avec un mât et un foc (voile triangulaire de l’avant). Les sloops sont trop petits pour s’aventurer longuement en haute mer. Leur petite taille et leur gréement leur confèrent une manœuvrabilité excellente. Ils sont par ailleurs très bon marcheur.

Ce type de navire accompagne parfois les flottes de la Royale mais est surtout affrété par les gouverneurs des caraïbes pour la chasse aux pirates.

Un navire idéal pour la chasse et donc pour les flibustiers et pirates.

Le brick :

Le brick est un grand bâtiment à deux mâts, qui ne portent que des voiles carrées (à l’exception de la « brigantine » et des « bonnettes »). Les bricks de commerce peuvent être énormes, bien plus gros que les navires de la Royale. Ceux-ci peuvent porter jusqu’à 20 canons de dix-huit, ce qui en fait des adversaires non négligeables.

Les Brick sont les navires corsaires les plus gros que l’on puisse trouver car ils restent encore suffisamment maniables et disposent d’une artillerie conséquente.

Les pirates apprécient aussi ce navire.

Le brigantin :brigantin

Le brigantin est l’ancêtre du brique (en plus petit). Comme le brick c’est un navire à deux mâts, gréé en carré à l'avant et à voile aurique (Voile de forme trapézoïdale) ou carrée à l'arrière et il n'a qu'un pont.

On trouve des brigantins de commerce, mais le brigantin est avant tout le navire pirate par excellence. Certains pirates transforment d’ailleurs leurs prises en brigantins et les équipent d’avirons pour rattraper leurs proies en cas de calme plat.

Le galion :galion

Grand bâtiment de charge du XVIIe siècle, à trois ou quatre-mâts à voiles carrés, lourd, armé de 60 à 70 canons. C'est le navire qui transportait les trésors, l'or et l'argent des colonies espagnoles et portugaises d'Amérique. 50 à 60 mètres de longueur, 20 à 25 mètres de largeur, avec un château de quatre à cinq étages à l'arrière.

La goélette à huniers aussi appelée « Schooner » :

Navire léger à voiles, gréé à voiles auriques (en forme de trapèze) sur cornes, où le mât principal est le mât arrière. C’est un navire de transport rapide mais aussi un navire de guerre redoutable. Les goélettes à huniers servent de frégate dans la marine Royale et sont pour cela construites pour supporter le feu ennemi.

Le schooner est rapide et maniable et dispose d’une bonne puissance de feu ! Les pirates en sont donc très friands.

La frégate :

La frégate fait partie des "vaisseaux de ligne" de la Royale.

Bâtiment de guerre très rapide, fin, à trois mâts entièrement gréés à traits carrés, comportant un gaillard à l'avant et à l'arrière. Equipage de 300 à 600 hommes, armement de 30 à 60 canons.

Bons marcheurs, les frégates, trop lourdes, sont incapables de rattraper des navires comme les sloops taillés pour la course.

 

Les catégories de navires :

C’est Louis XIV qui a mises en place un système de catégories pour les navires. Les navires sont donc classés depuis en 5 catégories :

1ère catégorie : vaisseaux de ligne 1400 à 2400 tonneaux armés de 68 à 120 canons

2ème catégorie : navires de 1100 à 1300 tonneaux armés de 64 à 68 canons

3ème catégorie : navires de 800 à 1050 tonneaux armés 48 à 60 canons

4ème catégorie : navires de 550 à 800 tonneaux armés de 36 à 44 canons

5è catégorie : navires de 300 à 550 tonneaux armés de 28 à 34 canons.

Les navires plus petits sont considérés comme négligeables et donc non répertoriés. On entend par le tonnage la capacité de charge d’un navire.

Voilà mes chers amis… Pour les amateurs et armateurs, je vous conseille d’aller vous renseigner un peu plus sur ce bel outil qu’est internet.

Bon vent !

Matt le Héroriste

 

Posté par matt_pirate à 08:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juillet 2010

Les pirates dans les films

9 Juillet 1718 

Olà du bateau ! Olà de la dunette !

Il est temps mes chers compagnons de se plonger un peu dans l’ambiance et de réviser les traditionnels films de pirates !

Même si très portée sur le fantastique, la trilogie "Pirates des Caraïbes" est toujours très distrayante et offre nombre de détails intéressants sur les costumes et les bateaux.

D’ailleurs à propos de Davy Jones, savez vous qu’une expression anglaise de l’époque, et toujours utilisée, reprend ce nom ? 

"To be sent to Davy Jones' Locker" qui signifie "être mort en mer". On trouve cette expression pour la première fois dans le livre écrit par Daniel Defoe en 1726 intitulé "The Four Years Voyages of Capt. George Roberts".

Une fois cette trilogie terminée, je vous recommande de regarder « Master & Commander » afin d’en apprendre plus sur la vie des marins de l’époque, les manœuvres marines et les combats navals. Ce film met en scène une poursuite entre un bateau de la Royale anglaise et un corsaire français. Un très bon film !

Enfin je vous recommande de voir l’un des meilleurs films de Pirates qui n’a jamais été fait : "PIRATES" de Roman Polanski.

Même si il a un peu vieilli et qu’il a subit de nombreux problèmes lors du tournage, il n’en reste pas moins phénoménal en particulier grâce à la prestation exceptionnelle de Walter Matthau dans le rôle du Capitaine Red !

Pour vous donner l’eau à la bouche, voici quelques répliques prises dans les 10 première minutes du film :

La grenouille : « Le canibalisme est un péché mortel ! ça vous portera malheur ! Vous irez rotir en enfer ! »

Capitaine Red : « Que fais-tu de la confession ? Tu crois que le bon dieu la faite pour les mérous ! »

--------------------------

Capitaine Red : « Mets toi bien ça dans la tête damnée fripouille, ne doutes jamais de la divine providence ! Jamais ! »

--------------------------

Capitaine Red : « Tu l’as échappé belle sacre bleu, c’est moi qui te le dit ! Qu’on m’arrache les couilles si c’est pas la vérité vraie ! Qu’est-ce t’en dis ? »

--------------------------

Capitaine Red : « Nom d’un braquemart, notre chance qui tombe en quenouille ! »

--------------------------

La grenouille : « L’or vous perdra capitaine et il nous coutera la tête ! »

Capitaine Red : « Il est plus facile de vivre sans tête que de vivre sans or ! Crâne de linotte ! »

La grenouille : « Moi je me bats contre les espagnols, je me bats pour l’honneur pas pour l’or ! »

Capitaine Red : « Un homme se bat pour c'qu’il lui manque le plus ! »

--------------------------

Capitaine Red : « Quoi capitaine Red ! Quoi capitaine Red ! Triple buses, tu vois donc pas que cet enfant de putain change de cap ! Il file droit devant lui avec toute sa voile et le vent qui lui souffle au cul ! »

Et enfin une petite anecdote : Le galion « Le Neptune » construit exceptionnellement pour les besoins du tournage (8 millions de dollars) se trouve amarré à Gênes en Italie.

Il est devenu une attraction touristique et tout le monde peut le visiter.

Voilà frères de la côte ! Cela vous fait de quoi vous occuper pendant une bonne dizaine d’heures !

Matt le Héroriste

Posté par matt_pirate à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]